Contrôle fiscal et douanier : Le ministre d’Etat au Plan veille au grain aux économiques d’urgence initiées par le Chef de l’Etat

Une mission de contrôle a été prévue à la RVA, ainsi que dans d’autres services publics de l’Etat. L’objectif de ces mesures est de lutter contre la fraude, d’accroître les recettes de l’Etat et d’assainir le milieu économique où l’on compte une multitude de taxes.

Le ministre d’Etat en charge du Plan, Modeste Bahati Lukwebo, a présidé Lundi à Kinshasa, une réunion interministérielle regroupant les ministères de Portefeuille, de l’Agriculture, de l’Economie, du Commerce extérieur et de Pêche et élevage, ainsi les délégués des la Fédération des entreprises du Congo (FEC) en vue d’étudier les voies et moyens de mettre en exécution les 28 mesures économiques urgentes initiées par le Chef de l’Etat, Joseph Kabila Kabange, pour la stabilisation et la relance économique de la RDC et d’apporter une nouvelle touche à l’économie du pays.

Au cours de cette réunion, les participants ont formulé des suggestions concernant les termes de références des équipes d’experts devant se déployer sur le terrain pour le contrôle économique, douanier et fiscal dans différents secteurs notamment les télécommunications et les Transports.

Une mission de contrôle a été prévue à la RVA, ainsi que dans d’autres services publics de l’Etat. L’objectif de ces mesures est de lutter contre la fraude, d’accroître les recettes de l’Etat et d’assainir le milieu économique où l’on compte une multitude de taxes. A l’issue de la mission qui a été effectuée par l’équipe gouvernementale dans différentes provinces de la RDC, il a été constaté que la plupart des recettes issues de ces taxes prennent des directions inconnues.

Cette situation fera, dans les tout prochains jours, l’objet d’une étude en vue de l’élaboration de derniers termes de référence et les équipes d’experts seront déployées sur le terrain. Six points ont été à l’ordre du jour au cours de la réunion du comité de suivi d’exécution des vingt-huit mesures d’urgence.

Il s’est agi des questions spécifiques à la création de la société mixte de pèche industrielle, du point sur les projets de loi portant principes fondamentaux relatifs à l’agriculture, à la communication, ainsi qu’aux points se rapportant baux audites diligelentés à New DAIPN et au Parc agro-industriel de Bukanga-Lonzo.

Please follow and like us:
0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *