MODESTE BAHATI RÉCEPTIONNE 8500 TONNES DE RIZ DE L’AIDE JAPONAISE

L’Empire du Soleil levant vient d’offrir 8500 tonnes de riz à la République démocratique du Congo, dans le cadre du Fonds de contrepartie. Le ministre a rassuré que ce riz sera vendu à un prix abordable pour contribuer notamment à la sécurité alimentaire. Le revenu de la vente financera des projets de développement communautaire.

C’est le ministre d’État en charge du Plan, Modeste Bahati Lukwebo qui a, au nom du Gouvernement de la RDC, réceptionné cet important lot de riz des mains de l’Ambassadeur du Japon, M. Hirochi Karube, au cours d’une cérémonie organisée le mardi 29 mai 2018 sur la 15ème Rue, dans la commune de Limete.

Immédiatement après la réception de cet important lot de riz, le ministre d’Etat Bahati a animé une conférence de presse dans la salle Mulumba Lukoji du ministère du Plan, en présence de l’Ambassadeur du Japon, pour expliquer les objectifs poursuivis par le Fonds de contrepartie et parler de différents secteurs de la RDC qui bénéficient généralement de cette forme d’aide à travers le financement de divers projets dont les bénéficiaires sont les populations congolaises les plus démunies. Ces fonds sont des ressources financières générées par la vente de produits tant alimentaire que non alimentaire et dont les revenus contribuent au financement des projets d’intérêt communautaire en RDC.

Autrefois soutenu par plusieurs pays, le fonds de contrepartie qui relève du ministère du Plan a souffert de financement suite aux incidents malheureux survenus en 1990 à l’Université de Lubumbashi. Evènements qui avaient obligé ces pays à suspendre la coopération avec la RDC, jusqu’à ne plus participer au fonds de contrepartie.

C’est ce qui explique le fait que le Japon soit actuellement le seul pays développé à soutenir régulièrement le fonds de contrepartie, pour financer certains projets communautaires jugés prioritaires, a fait savoir le ministre d’Etat Bahati qui a reconnu toutefois que les besoins pour la RDC sont énormes et qu’il est difficile voire impossible de les financer tous en misant uniquement sur le fonds de contrepartie.

Tout en s’engageant à ne pas faire du saupoudrage pour besoin d’efficacité de cette aide, le ministre congolais en charge du Plan a salué la disponibilité du Japon à accompagner la République démocratique du Congo dans le soulagement des souffrances de ses populations par l’amélioration de la balance de paiements et la réduction du déficit alimentaire à travers la relance du secteur agricole et l’appui à d’autres secteurs prioritaires tels que l’aménagement de ponts, l’assainissement de l’eau dans les milieux ruraux, la construction des centres de santé et d’écoles,… Avant de préciser :

« Ce don est géré en toute transparence par les deux parties, c’est-à-dire la partie congolaise et japonaise. Ce fonds est destiné exclusivement au financement des projets de développement social et humanitaire à la base. »

C’est ce qui est à la base de la signature depuis 2004, par la RDC et le Japon, de l’Echange de Notes relatives à l’octroi à la RDC d’une aide non remboursable d’une valeur de 300 millions de yens japonais pour la fourniture de l’aide alimentaire constituée de riz rendu disponible par l’Agence Japonaise de Coopération (JICA).

La gestion de ces fonds et les réalisations à impact visible se font à la satisfaction du Gouvernement du Japon, comme en témoigne l’augmentation du volume de cette aide dont le pic a été atteint entre 2010 et 2011, même si une tendance baissière de cette aide est actuellement constatée par le ministère congolais du Plan.

Selon le ministre d’Etat Bahati, de 2004 à 2017 la RDC a bénéficié ainsi de la part du Japon de 16 programmes d’aide alimentaire dont 11 portant sur le riz, 2 sur le maïs, et 3 aides financières non remboursables « Hors projets » constitués du ciment et de l’engrais. Pour l’Ambassadeur du Japon en RDC, M. Hirochi Karube, à travers cette aide, son pays entend soutenir l’aspiration des Congolais à une vie meilleure. Il a toutefois reconnu que la sécurité alimentaire en RDC demeure encore fragile du fait de la croissance rapide de sa population e de l’immensité de son territoire. Hiroshi Karube a par ailleurs exprimé son souhait de voir ce don consolider les relations d’amitié entre la RDC et le Japon et s’est dit convaincu que les bénéficiaires témoigneront davantage du renforcement des relations entre les deux pays.

Please follow and like us:
0